résolution openyourself pascale opdebeek

En ce début d’année, je vous propose un texte qui devrait vous aider à tenir vos bonnes résolution(s).

Personnellement, j’aime lire au lit avant de rejoindre les bras de Morphée. Le bonheur c’est de ponctuer chaque paragraphe d’un carré de chocolat.

Mais tout comme mon dentiste ou l’ami qui m’a prêté le livre, je ne trouve pas cette habitude … ‘optimale’.

Voici donc ma résolution : « Renoncer à ce carré de chocolat ».

Malheureusement l’expérience m’a appris que je pourrais abandonner l’épreuve de force qui s’annonce dans les semaines qui suivront.

Pourquoi et comment remédier à ce phénomène ?

Voici quelques propositions applicables à de nombreuses résolutions.

  • D’abord prendre conscience que s’engage une épreuve de force avec soi-même et sa dualité. Ce sera moins aisé de passer à l’action que de parler de sa résolution à la Saint-Sylvestre. D’un autre côté, pourquoi ne pas y voir un défi, un jeu avec soi-même ?  Imaginez un peu : Rocky Balboa vs le carré de chocolat !
  • On y revient toujours : se connaître est une condition primordiale. Prenons le temps d’adapter notre résolution à la personne que nous sommes. Mettons cela par écrit : rien de tel qu’un bon contrat.
  • Si quelques-uns ont une volonté de fer, nous sommes nombreux à devoir y aller progressivement. Personnellement, j’ai de meilleurs résultats avec un objectif minimum à atteindre qui génère plus de satisfaction et renforce ma motivation. L’objectif doit être raisonnable voire intelligent.
  • J’accepte aussi dès le départ qu’il y aura des jours où le programme ne sera pas réalisé de mon fait ou pour une raison indépendante de ma volonté.

Ce n’est pas un drame à la condition de se relancer rapidement, le véritable objectif étant de tenir la résolution le plus souvent et longtemps possible. Six mois à 80% valent mieux que trois semaines à 95%. Notamment parce que la durée va permettre de récolter les premiers bénéfices et de transformer la résolution en une habitude.

Trouver du support

S’il existe des facteurs externes négatifs, nous pouvons également trouver du support, des dynamiques positives dans notre environnement (Exemple : participer à une activité collective).

Le support par une personne bienveillante de votre entourage constituera sans doute un plus   en termes d’aide mais également d’engagement à tenir la résolution. Ne nions pas les bienfaits de la culpabilité.

Pour une approche plus structurée et professionnelle vous avez également la possibilité de         recourir à un coach. Et oui 😊

Essayez de déterminer si vous êtes capable de poursuivre seul l’objectif que vous vous êtes fixé. Si la réponse est négative, faites-vous accompagner.

Conclusion

Récapitulons : bien définir l’objectif en tenant compte de ses forces et faiblesses ; y aller progressivement et prévoir les accidents ; utiliser les ressources de l’environnement et enfin, se faire accompagner par un coach si besoin.

Enfin, puisque nous savons qu’il est difficile de tenir la résolution du 1er janvier, soyons prêts à remettre l’ouvrage sur le métier un 11 février, un 7 mars, un … En tous cas, ne pas attendre une année : c’est maintenant !

Tous mes vœux de réussite …en 2019 😊

Pour prendre rendez-vous :

Pascale Opdebeek

Open Yourself

www.openyourself.be

info@openyourself.biz

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *